La Maison d'Ourscamp, siège de l'association Paris Historique

facade light
Façade de la Maison d'Ourscamp
cellier light
Cellier gothique (XIIIè siècle)

Histoire de la maison

La première maison d’Ourscamp (dite aussi maison de l’Ours) est construite dans la deuxième moitié du XIIIè siècle sur un terrain reçu en donation, en 1248, par les moines cisterciens de l’abbaye Notre-Dame d’Ourscamp, située près de Noyon. Cette maison est leur « maison de ville », elle est occupée par les moines qui y stockent les récoltes produites à l’abbaye pour les revendre sur les marchés parisiens. Construite entièrement en pierre, elle comporte un cellier d’environ 200 m², une salle à piliers en rez-de-chaussée et plusieurs étages. Il reste aujourd’hui de cette maison le cellier gothique, une partie du dallage du rez-de-chaussée et les vestiges d’une grande cheminée.

La maison perd ensuite progressivement sa vocation initiale pour les moines qui préfèrent la louer à des particuliers. Elle est reconstruite vers 1585, pour être transformée en trois maisons distinctes (aux emplacements des numéros 44, 46 et 48 rue François Miron). Ces bâtiments subsistent aux numéros 44-46 de la rue. Ils se composent d’un corps principal avec une façade en pierre, percée de grandes fenêtres à meneaux et d’ouvertures plus petites. À l’arrière, deux escaliers en bois encadrent une petite cour à pans de bois pourvue de deux privés en encorbellement (voir photo). La maison compte deux étages et un comble à deux niveaux sous une toiture à la française. Les deux lucarnes qui ouvrent le premier niveau de comble portent des frontons sculptés dans le style du XVIe siècle.

À la Révolution, l’abbaye est expropriée, la maison est vendue et des petits commerces vont se succéder dans les lieux. La maison connait de nombreuses transformations et ajouts au cours des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

Privé en encorbellement

Durant la première moitié du XXe siècle la dégradation du bâtiment perdure et la maison se retrouve intégrée dans l’îlot insalubre 16, recensé au début du XXe siècle et voué à la démolition. En octobre 1961, la menace se précise. Paris historique, récemment créé, prend position contre cette mesure et propose d’y installer son siège. Quelques mois plus tard la bataille est gagnée, la ville revient sur sa décision de détruire l’îlot 16 et accepte la restauration des maisons anciennes. La maison d’Ourscamp, jugée en trop mauvais état, est laissée à l’association qui accepte de prendre en charge sa restauration.

La maison d'Ourscamp aujourd'hui

La maison actuelle a conservé le cellier gothique du XIIIè siècle construit par les moines d’Ourscamp. Le rez-de-chaussée et les étages, construits vers 1585, ont été en grande partie préservés: la façade, les escaliers, la structure en bois et la toiture sont d’origine. La courette située derrière le bâtiment a conservé ses murs à pans de bois ainsi que ses deux privés en encorbellement.

Le cellier gothique, l’escalier en bois, la façade et la toiture sont classés Monuments Historiques.

La maison d’Ourscamp est actuellement le siège de l’association Paris Historique. Un centre d’informations, une bibliothèque ainsi qu’une photothèque y sont ouverts à tous. Il est également possible de faire une visite guidée de la maison (visite du cellier gothique et de la courette à pans de bois).
Pour plus d’informations sur les horaires d’ouverture et sur les visites, cliquez ici.

Fermer le menu